Schéma de structure communal (SSC) Hannut

Le Schéma de Structure Communal est un « document d’orientation, de gestion et de programmation du développement de l’ensemble du territoire communal ».

L’objectif de ce Schéma est de définir et de planifier une politique d’aménagement du territoire. Autrement dit, il anticipe et prépare l’évolution du développement de la commune à l’horizon 15-20 ans. Ce projet doit respecter les dispositions réglementaires du Plan de Secteur. Il doit également tenir compte des moyens communaux et des priorités auxquelles le territoire doit faire face (tendances, nécessités, besoins, opportunités et menaces).
Le but de cette étude est d’avoir une meilleure vue et une programmation de la mise en œuvre de différentes réserves foncières présentes sur le territoire.

    Débuté en février 2010, la révision du Schéma de Structure a été menée selon plusieurs phases successives :

  • Phase 1 : Analyse de la situation existante ;
  • Phase 2 : Définition des objectifs et des orientations territoriales ;
  • Phase 3: Choix des mesures d’aménagement et des moyens de mise en œuvre ;
  • Phase 4 : Evaluation des incidences sur l’environnement.

LE SCHÉMA DE STRUCTURE DE HANNUT  en quelques mots…
Hannut – une ville à la campagne : Renforcer la structure spatiale et maîtriser le développement de l’ensemble des équipements et des activités économiques en tenant compte de la croissance de la population tout en garantissant le respect et la protection du caractère rural de l’entité.

Les enjeux et les options territoriales :
« L’analyse de la situation existante de fait et de droit Diagnostic de la commune » de Juillet 2010 est structurée en 8 thèmes. Il s’agit d’une compilation des données existantes sur Hannut, visant à établir une « vue » objective de la commune. Cette analyse de l’évolution et des tendances a mis en lumière les atouts et les faiblesses du territoire ainsi que les menaces et les opportunités auxquelles il pourrait être confronté.
Le rapoort et les cartes de la situation existante se focalisent sur les évolutions, les éléments explicatifs, l’interprétation des chiffres et des données en ayant à l’esprit que l’information n’est utile à détailler que si elle présente un intérêt pour la suite de l’élaboration du SSC.

    Depuis le milieu des années 1990, le développement de la commune de Hannut est encadré par deux outils de planification.

  1. D’une part, le Plan de Secteur, premier document de référence de Hannut en matière d’aménagement, qui par sa logique, a amplifié un phénomène d’urbanisation linéaire, le long des axes de communication. Ce type de développement, parce que consommateur d’espaces et économiquement coûteux, ne répond plus aux exigences relatives aux principes du Développement Durable. Il existe une grande zone d’habitat sur Hannut centre ainsi que 14 « zones d’habitat à caractère rural » s’étendant de manière linéaire le long des voiries des 17 villages. Ces zones sont « amplifiées » par deux zones d’aménagement communal concerté. On constate, à la lecture du plan, la grande prédominance de la zone agricole entourant les zones d’habitat ainsi que la quasi absence de zone forestière. Des zones d’activité économique mixte et industrielle de taille moyenne sont situées en périphérie nord-est de Hannut.
  2. D’autre part le SSC, adopté en 1995, qui a permis de ralentir les effets négatifs du Plan de Secteur en promouvant un développement de l’habitat plus réticulaire (en réseau) et compact autour des noyaux d’habitat existants. La mise en œuvre de ce premier Schéma de Structure Communal a précisément permis de remédier à certaines des tendances dont certaines directement engendrées par le Plan de Secteur

Aujourd’hui, les différentes pressions qui s’exercent sur l’environnement restent essentiellement liées au développement de l’urbanisation (développement des activités économiques et de l’habitat) et des nouvelles infrastructures. En effet, depuis plus de 20 ans, la population hannutoise est en constante augmentation impliquant de nouveaux besoins. Découlant des développements presentés dans l’analyse de la situation existante et selon l’hypothèse de travail retenue, nous pouvons considérer que les projections de population pour la commune de Hannut à l’horizon 2030 varient entre 4.000-5.000 habitants supplémentaires par rapport à aujourd’hui. Le but la revision du SSC est d’avoir une meilleure vue et une programmation de la mise en œuvre de différentes réserves foncières présentes sur le territoire. Actuellement, la commune dispose de nombreux terrains qui pourront être urbanisés, de fait, une vision d’ensemble sur leur développement est necessaire. L’organisation des structures bâties villageoises de Hannut repose sur une meilleure identification des villages les plus importants qui doivent jouer un rôle polarisant dans la structure spatiale projetée. La volonté est d’identifier clairement des périmètres au sein desquels une plus forte densité est ponctuellement acceptable et dans lesquels les services et équipements de proximité s’implantent de manière prioritaire. C’est également dans ces périmètres qu’on cherchera préférentiellement à diversifier l’offre en logements (habitation unifamiliale, appartements, petit collectif et habitat groupé) afin de répondre au mieux aux divers besoins de la population actuelle et à venir.

    Concernant la structuration des villages, le schéma se traduit par l’option territoriale de renforcer la structuration du territoire selon une échelle à 4 niveaux : – Renforcer la centralité du Pôle principal – HANNUT ; – Assurer la mixité fonctionnelle des « pôles secondaires »Thisnes/Crehen, Avernas-le-Baudouin/Bertrée, Villers-le-Peuplier. – Développer plus les villages ou les groupements des villages de type A ; – Garder le caractère des villages de types B.

Il s’agit aussi d’une densification afin d’éviter la multiplication de la villa gourmande en espace et donc ne répondant plus à la vision d’utilisation parcimonieuse de l’espace wallon, mais aussi de conserver les paysages ruraux constituant l’identité communale et formant l’un des atouts auquel les habitants sont le plus attachés.
Le Collège considère qu’il est primordial de favoriser le maintien des habitants de la commune et d’éviter que certaines classes d’âge ou certaines catégories sociales ne se voient obligées de quitter la commune faute de logements adaptés (taille, prix, etc.), d’équipements ou de services qui leur soient accessibles. Vu que les zones d’équipement communautaires du Plan de Secteur sont arrivées à saturation, plusieurs zones d’habitat sont réservées aux équipements publics et services communautaires dans le cadre du SSC. Les nouvelles zones réservées aux équipements en zone d’habitat sont en nombre de 3, soit une superficie de 24,14 ha. Elles sont réservées à l’implantation de nouveaux équipements comme le centre culturel, la piscine, une nouvelle maison de repos et l’extension des écoles.
Si l’urbanisation profite au développement de la commune, il est cependant nécessaire d’élaborer une stratégie afin d’éviter le mitage des espaces, de réduire l’impact des nouvelles constructions et des nouveaux habitants sur l’environnement. Le SSC propose que plusieurs zones de réserves foncières fassent l’objet d’une réflexion urbanistique lors de leur mise en œuvre afin d’éviter le morcèlement des terrains et une urbanisation au « coup par coup ».
Les zones à valeur économique (agriculture et PME), sociale (promenade, lieux de rencontre), écologique et paysagère seront revalorisées et même protégées pour certaines. Certaines reconversions du Plan de Secteur aideront à appuyer ces démarches.
Des campagnes de sensibilisation importantes sur les enjeux et responsabilités locales dans une optique de développement durable de la commune permettront à ces mesures d’être plus facilement comprises, mises en œuvre et de perdurer dans le temps.

Fiche de référence
Visit Us On LinkedinVisit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Google Plus